01/05/2011

Le Vent des Naufrages

photo

C’est ainsi que les fleurs sur les coteaux fertiles

Etalent au soleil leur vulgaire trésor ;

Mais c’est au sein des nuits, sous des rochers stériles,

Que fouille le mineur qui cherche un rayon d’or.

 

C’est ainsi que les mers calmes et sans orages

Peuvent d’un flot d’azur bercer le voyageur ;

Mais c’est le vent du nord, c’est le vent des naufrages

Qui jette sur la rive une perle au pêcheur.

Alfred de Musset

 

Publié dans Floralies

Les commentaires sont fermés.