02/03/2011

Changer de repère

porte

 

Il meurt lentement

celui qui devient esclave de l'habitude

refaisant tous les jours les mêmes chemins,

celui qui ne change jamais de repère,

Ne se risque jamais à changer la couleur

de ses vêtements

Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Pablo Neruda

Publié dans Portes et fenêtres

Les commentaires sont fermés.